Place Ernest Pillon 91310 LINAS

Michel Petit (Président de l'association, Patrimoine et Traditions), nous propose un retour sur l'étymologie du mot Linas et surtout de sa prononciation.

 

Lin(a) ou Lin(as)

En nommant la commune, il est aujourd'hui de plus en plus courant d'entendre Lin(as) ! Un petit retour dans l'histoire du toponyme s'impose pour nous éclairer sur son évolution.

Au cours des siècles différentes écritures se sont succédées voire superposées pour désigner Linas. Nous trouvons une première mention du nom dans une Charte du roi Louis IV d'Outremer datée de 936 où il est indiqué : ...de laquelle dépendoient vingt ménages au village de Linais... Par la suite, nous allons trouver diverses écritures pour désigner le territoire lui aussi fluctuant :  Linays -Lignays-Lineis-Linaiis-Linans-Linus-Linatas-Linois...

Quant à l'origine du vocable, l'historien Michel Roblin nous met en garde : Le nom Linas est inexpliqué, il est probablement prélatin, et n'a rien à voir avec d'hypothétiques cultures de lin !

Jusqu'à la fin du XVIIe siècle, le nom Linois est fixé dans les écrits et semble s'être imposé.  Mais bientôt le nom Linas va commencer à apparaître. En langue d'oïl le suffixe -ois se prononça (wè) puis (wa). Ce changement de prononciation entraîna-t-il le changement de dénomination et avec lui son corollaire qui justifiera la prononciation Lin(a) ?

Ainsi, en 1685, nous trouvons sur un document testamentaire l'entête Fabrique1 de Linas. L'Abbé Lebeuf dans son Histoire du diocèse de Paris publié en 1757 ne tranche pas pour titrer le texte concernant Linas :

LINAS ou LINOIS.

Déjà la circonspection semble gagner : doit-on désormais écrire Linas et dire Lin(a) plutôt que Linois comme auparavant ? 

Dans la déclaration de propriétés de 1791-1792 conservée avec les archives du chapitre2, sur 25 documents il est noté Linas alors qu'il n'y en a que 7 avec la mention Linois ! Linas avec la prononciation Lin(a) s'imposera sans partage au XIXe siècle puis au XXe siècle jusqu'à la décennie des années 80.

La chanson écrite à l'occasion de la Cavalcade organisée en 1906 pour participer au mouvement de solidarité nationale en faveur des victimes de la tragédie minière de la région de Courrières atteste la prononciation Lin(a) :

 

Sur l’air « du petit panier »

Quel gai tintamarre résonne à Linas

Où toute la fanfare fait du branle-bas ?

La jeunesse s’apprête, met ses beaux habits

C’est aujourd’hui fête dans notre pays

 

Refrain

Ah quelle fête magnifique !

 Partout de musique !

Une joie fantastique !

Jamais on n’oubliera

Le bonheur qu’on a ce jour là

A Linas.

....

 

Par la suite, l'arrivée d'une population nouvelle liée à une urbanisation grandissante va favoriser la diffusion de la  prononciation Lin(as). C'est sans doute involontairement par méconnaissance que la prononciation du (s) final s'opère.

L'usage  va-t-il  imposer comme à l'époque de la révolution française le changement ? Ailleurs, près de nous, ne dit-on pas Par(i), Marcouss(i) mais aussi ... Morang(is) !

Une certitude, néanmoins, les habitants de Linas ne deviendront pas des Linassiens et resteront des Linois !

 

Michel Petit

 

1Assemblée de paroissiens qui s'occupent de la gestion matérielle de l'église
2Assemblée de religieux (à Linas de chanoines)